Stupéfiant ! Martin Fourcade se dédouble au musée Grévin

Skis Rossignol à la main, tenue de l’équipe de France Olympique lors des derniers Jeux Olympiques de Pyeongchang, carabine « neutralisée » dans le dos, la copie parfaite de Martin Fourcade intègre le groupe des nouvelles personnalités de Grévin 2019.

Lequel est le vrai ? Lequel est en cire ?


Il y rejoint les sportifs de haut niveau d’autres disciplines, tels que Teddy Riner (judo), Renaud Lavillénie (saut à la perche) ou Kylian Mbappé (football).

Pour ce champion olympique de biathlon au palmarès incroyable « Deux séances de pose ont été nécessaires, choisir l’expression du visage et l’attitude du corps, capturer des images en 3D, de nombreuses photos et vidéos, relever les couleurs de la peau, des yeux, des cheveux et tous renseignements destinés aux 15 artistes et artisans en charge de créer une copie troublante de vérité en seulement quelques mois ».

Le résultat est stupéfiant, vraiment. Et si cela n’est pas toujours le cas de tous les doubles en cire que compte le parcours du musée (plus de deux cents!), le sien, que l’on doit au sculpteur Jean-Guy Cumontet aux équipes de Grévin, tient du prodige. À la soirée de présentation l’original et la copie vraiment côte à côte soulignaient cette ressemblance troublante. Le sympathique Martin Fourcade, originaire des Pyrénées-Orientales affichait sans se forcer le même sourire rayonnant que son sosie de cire. A 30 ans, détenteur du plus beau palmarès du sport d’hiver français, il a tout de même réussi à s’émerveiller de son entrée au musée Grévin. Une consécration hors piste qu’il se réjouissait de faire découvrir à ses petites filles, juste pour voir leur réaction entre le vrai et le faux papa !

Fermé depuis le 6 janvier 2019 au soir, le musée a monopolisé plus de 80 personnes, en équipes de jour et de nuit, autour du premier chantier d’une telle envergure depuis les débuts de son histoire. Après s’être fait une beauté, il a ouvert ses portes en février dernier, bénéficiant d’une scénographie interactive, d’un nouveau parcours et de l’arrivée d’une trentaine de nouveaux personnages. Parmi eux Thomas Pesquet, Al Pacino, Jules Verne, Guillaume Apollinaire ou Marcel Proust… Créé en juin 1882, le musée Grévin est aussi le témoin prestigieux d’un patrimoine architectural exceptionnel typique du Paris des années 1900. Le théâtre à l’italienne, construit par l’architecte Rives et décoré par Antoine Bourdelle pour le haut-relief et par Jules Chéret pour la toile originale constituant le rideau de scène, classé à l’inventaire des Monuments Historiques en 1964 par André Malraux, est une pure merveille… Et c’est précisément là que Martin Fourcade a découvert son double !

Musée Grévin, 10 boulevard Montmartre, 75009 Paris (www.grevin-paris.com)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s