Wild Immersion au Jardin d’Acclimatation

En juin dernier, le Jardin d’Acclimatation, au Bois de Boulogne à Paris, dévoilait le résultat de neuf mois de travaux de modernisation et d’ une alliance entre LVMH, gestionnaire du Parc depuis 1984 et le premier acteur des parcs de loisirs français, la Compagnie des Alpes. Une nouvelle attraction vient enrichir l’ensemble existant, la bien nommée « Wild immersion » pour découvrir les montagnes du monde… et pas seulement !

Le kinétorium, un cinéma interactif au Jardin d’Acclimatation

La fidèle parmi les fidèles du Jardin d’Acclimatation que je suis depuis toujours avait blêmi à l’annonce des travaux en pensant « On va voler l’âme du Jardin ! ». Rassurez-vous, il n’en est rien! La Rivière Enchantée, le Petit Train, les miroirs déformants, la Petite Ferme perdurent même si l’esprit a quelque peu changé malgré tout avec le nouveau style des bâtiments et des manèges. Thierry Rétif, scénographe et directeur artistique, rompu à ce genre d’exercice dans les parcs de loisirs, n’a pas bousculé cette belle institution créée au XIXème siècle par Napoléon III. Il a opté pour un style Eiffel très inspiré de la révolution industrielle et un décor qui génère cette fameuse « ambiance steampunk » très en vogue actuellement. Ainsi dans le film «Hugo Cabret» de Martin Scorsese , dans le cinéma de Tim Burton, les décors de Gérard Sullivan dans Grand Budapest Hotel de Wes Anderson… et bien sûr ceux des films adaptés des romans de Harry Potter.

La boutique des merveilles où se trouvent tous les « souvenirs » du Jardin

La nouvelle attraction, la 41ème du Jardin d’Acclimatation,  » Wild Immersion », nous plonge à l’aide d’un matériel sophistiqué dans une réserve virtuelle d’animaux sauvages dont la présence a totalement disparu progressivement du parc au bénéfice d’une « acclimatation moderne » des animaux domestiques. Y vivent cependant quelques 400 animaux parmi lesquels deux espèces montagnardes (mouflons et marmottes) au Rocher alpin, les animaux de la Ferme… auxquels s’ajoutent les 50 espèces d’oiseaux de la Grande volière qui peuplent encore les 18 hectares du Jardin.

Terminés les cages, la fosse aux ours et le voyeurisme ridicule qui contraignent des animaux de grande taille, habitués aux vastes espaces dans des lieux exigus et sous des climats qui ne sont pas les leurs, les réduisant à arpenter de long en large leurs prisons sous le regard de proies inaccessibles (!) qui leur lancent des cacahuètes ! « Wild Immersion » nous propose de nous parachuter dans leurs territoires, avec des images d’une beauté saisissante et d’un réalisme incroyable grâce à la technologie aujourd’hui et au talent d’une équipe de réalisateurs. L’idée étant de nous faire voyager très loin, confortablement assis dans un fauteuil design pivotant au Palais d’Hiver, pour profiter du spectacle à 360°, s’immerger dans la nature, voir surgir tout ce que la planète compte comme espèces merveilleuses (et menacées) qui évoluent en liberté sur les cinq continents.

Un lynx filmé pour Wild Immersion dans la forêt boréale canadienne

On vivra cette expérience inédite à travers six films de 12 minutes chacun, projetés tout au long de l’année au Palais d’hiver qui s’adaptera au contenu en changeant de décor ! L’initiative de ce projet passionnant, riche en sensations fortes, soutenu par l’ethnologue Jane Goodall (grande protectrice de la biodiversité animale et fondatrice du Jane Goodall Institut), revient à Adrien Moisson, jeune vétérinaire de formation au parcours atypique. Son engagement en faveur de la protection de la Nature et de la préservation des espèces animales menacées à travers le monde est à l’origine de Wild Immersion. Il rejoint les préoccupations du Jardin d’Acclimatation aujourd’hui. Derrière ce voyage merveilleux l’idée est bien sûr de partager l’aventure avec le spectateur en lui proposant d’adhérer à cette « démarche éthique, éducative et respectueuse de l’environnement« . Mais aussi… magique et très ludique ! Il ne nous manque que les récits de ces tournages parfois épiques mais peut-être qu’Adrien les réserve au public pour plus tard…

Chèvres filmées au sud est de l’Alaska pour Wild Immersion

« Wild Immersion » au Palais d’Hiver du Jardin d’Acclimatation (www.jardindacclimatation.fr). Actuellement « le Wild World Tour » et à partir du 20 avril, projection du film sur les bébés animaux, le plus mignon! (http/thewildimmersion.com). Le projet Wild Immersion a été créé à Cannes en 2017 pour financer des zones de préservation de la vie sauvage et des réserves naturelles.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s