Partir à la chasse au trésor avec les cristalliers

À la veille de la 21ème Bourse des Cristalliers qui a lieu samedi à Chamonix, au Majestic, l’occasion est trop belle pour se plonger avec délice dans un superbe livre, captivant, écrit comme un roman… et visiter le nouveau musée des Cristaux, étonnant !

Trois excellentes raisons de découvrir une activité passion multi séculaire à Chamonix.

L’installation très récente dans le hall d’entrée du Musée des Cristaux, d’un remarquable tableau du peintre alpiniste et photographe Gabriel Loppé (1825-1913) « La Mer de glace et l’aiguille des Grands Charmoz », daté de 1874, s’ajoute au programme de ces découvertes réjouissantes. Acquis récemment lors d’une vente aux enchères parisienne chez Artcurial par la commune de Chamonix Mont-Blanc avec l’aide du Fram (Fonds régional d’acquisition des musées), cofinancé par l’État et la Région Auvergne-Rhône-Alpes, cette œuvre monumentale (2,34 x 2,48 m) appartient désormais au musée Alpin, installé dans l’ancien Chamonix-Palace. Actuellement en travaux pour plusieurs années, il autorise ce prêt exceptionnel qui permet aux chamoniards et aux touristes de voir librement et sans plus attendre ce paysage magnifique. Fasciné par la haute montagne, Gabriel Loppé, surnommé « le peintre des neiges éternelles », est très lié à Chamonix. Il a gravi le mont Blanc une quarantaine de fois, réalisé dans le massif deux premières et ses paysages ont largement contribué à faire connaître ce haut lieu de l’alpinisme où l’on peut encore regarder (sans les visiter) sa maison et son atelier. Six tableaux de très grand format, appartenant à l’Association des Amis du Vieux Chamonix et provenant de l’ancienne galerie de Loppé, sont exposés dans les salons du centre des Congrès du Majestic. Un ensemble spectaculaire !

Refermons très provisoirement cette belle parenthèse Gabriel Loppé pour ouvrir l’album « Cristallier » de Jean-Franck Charlet paru aux éditions Guérin / Paulsen. L’outil parfait pour découvrir une sacrée dynastie d’alpinistes chamoniards, s’initier au monde des cristaux et comprendre cette « fièvre de l’or rose » (sous-titre du livre) qui pousse parfois les cristalliers à la déraison : « Des diamants cachés à fleur de paroi. La nature avait su les créer si beaux, surprenants et magiques qu’il fallait aller les découvrir, les cueillir pour leur donner une existence et ne pas les laisser disparaître dans l’inéluctable processus d’érosion des montagnes. » L’auteur dit avoir hérité de sa famille, chamoniarde depuis quatre siècles, les deux passions qui ont fait de lui un guide de haute montagne et un cristallier hors pair. Ingénieur de surcroit, il sait aussi raconter la vie de ces cristaux. A lire ce premier livre, très autobiographique, on devine le travail et le parcours accomplis pour accumuler autant de souvenirs, d’anecdotes, d’enquêtes, d’informations et bien sûr d’expériences multiples. Riche en tout, vivant, captivant et abondamment illustré pour servir son propos, cet album est le fruit de « cinquante années de recherches et de trouvailles… »

Jean-Franck raconte que, dès l’âge de trois ans, il découvre « le monde merveilleux de la minéralogie » avec son grand-père (comme l’atteste l’adorable photo du début du livre), qu’à 13 ans il part avec son père faire « sa première sortie aux cristaux  » qui aurait pu être la dernière…, qu’à quinze – atavisme familial oblige, il est « tombé passionnément amoureux de ce monde au-dessus du monde…C’est parti pour la grande aventure. »

« Ma mère, Monique, ma tante, France et mon grand-père Georges Charlet, sur le sentier de retour de la mine d’or du col du Passon, découverte par ce dernier en 1956 » © Collection J.-F. Charlet

Cette grande aventure vécue en haute montagne, Jean-Franck Charlet nous la fait partager et vivre intensément. Les archives familiales abondantes – écrits et photos – confèrent au récit un supplément d’âme. On s’attache au fil des pages à chacun de ses ancêtres, avec des figures hautes en couleurs, à ses coéquipiers amis avec lesquels il vit ses passions, des drames aussi… On peut comprendre combien, lorsqu’on est fou de montagne, il semble logique de se piquer au jeu de cette chasse au trésor qui pimente chaque course. Nombre de chamoniards, depuis le XVIème siècle, ont été contaminés ! Souvent au péril de leur vie… mais le commerce de ces cristaux qu’il suffisait de « cueillir » incitait à passer outre tous les dangers pour les revendre aux tailleries puis aux touristes… Et rapidement les histoires s’imbriquent, les passions se conjuguent et les compétences s’agrègent naturellement : « Les chercheurs de cristaux, seuls avec les chasseurs à fréquenter la haute montagne, vont logiquement devenir les premiers guides ».

Exceptionnel par sa taille (15 x 15 cm), ce cristal en forme de peigne en provenance de la Dent du Géant découvert par Jonathan Charlet en 2016 ©Thierry Berguerand

Si ces activités de guide et de cristallier ont beaucoup évolué, l’émotion demeure intacte pour ces équilibristes aimantés par les sommets. Jean-Franck Charlet narre par le menu ses expéditions à la recherche de cristaux et la prise de risque qui va de pair avec un plaisir immense, cette adrénaline qui rime parfois avec fluorine… ou tout autre minéral extrait de ces précieux fours découverts sur les parois les plus raides ou les plus sauvages. Et puis l’accident qui parfois interrompt la fête et s’invite de manière brutale, assassine. Il évoque aussi de drôles d’histoires, des jalousies… que cette activité génère, une réglementation à géométrie variable qui inflige soudain des interdits et des sanctions. Rien ne semble pourtant pouvoir immobiliser ces cristalliers ni entacher l’enthousiasme de ces « grands enfants » qui restent des alpinistes chevronnés : « La magie nait, écrit Jean-Franck Charlet, au-dessus de l’évier quand le caillou, au contact de l’eau, se transforme en un incroyable joyau étincelant. « 

Fluorine rose sur calcite ©Thierry Berguerand. La plus rare des Fluorine, le graal pour un cristallier

Alors on rêve de les voir en vrai ces joyaux étincelants ! Direction le musée des Cristaux où tout est pensé dans les moindres détails pour valoriser les minéraux exposés mais aussi en faciliter l’approche. Et çà tombe bien: le parcours commence avec Chamonix et la minéralogie alpine !

Le Musée des Cristaux expose les collections de minéralogie du Musée Alpin et du Club de minéralogie de Chamonix, du massif du Mont-Blanc et des Alpes du Nord. S’il est devenu l’un des dix plus importants musées de minéralogie français ouvert au public, la partie alpine de ses collections s’avère la plus complète et diversifiée de France. Il présente également des aigues-marines du Pakistan, des pyrites péruviennes, des dioptases congolaises et des opales péruviennes.

Sept cent mètres carrés d’exposition, près de I900 cristaux présentés, c’est dire combien il faut prendre son temps pour se promener de vitrine en vitrine et profiter d’une scénographie renouvelée, plus didactique pour s’immerger dans un domaine bien mystérieux pour les néophytes : la minéralogie. Avec une palette chromatique et formelle d’une diversité incroyable.

Le trésor, espace circulaire dédié aux pierres plus précieuses, brutes ou taillées, est une des nouveautés du musée.

Musée des cristaux de Chamonix. Espace Tairraz, Parvis Saint-Michel, 615 allée du Recteur Payot
Tél.: +33(0)4 50 54 78 39 . Visites guidées et vidéo de 12 minutes sur l’activité de Cristallier. Jusqu’en décembre 2022, l’exposition temporaire « Joyaux des Alpes italiennes » .

21ème Bourse des Cristalliers, samedi 29 octobre (10h-17h), Centre des Congrès le Majestic, 241 all du Majestic – 74400 Chamonix-Mont-Blanc (https://www.mineralogie-chamonix.org/). L’occasion à ne pas manquer de voir aussi les immenses et superbes paysages de Gabriel Loppé…

Cristallier, la fièvre de l’or rose, de Jean-Franck Charlet. Éditions Guérin / Paulsen, 192 pages, 188 photos, Format 25 x 25 cm.

2 réflexions sur “Partir à la chasse au trésor avec les cristalliers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s